CDA | ACD

Programme

jeudi le 19 octobre

Re-creér les organismes de service - Le point sur la décolonisation de la danse | jeudi le 19 octobre, 13 h à 14 h 30
L'Assemblée canadienne de la danse (ACD) a lancé une enquête pluriannuelle visant à re-créer les services destinés au secteur de la danse et à réaménager la structure organisationnelle nécessaire pour dispenser ces services. L'exercice a pour objet de transformer les services destinés au secteur de la danse afin qu'ils soient radicalement ouverts et inclusifs, et qu'ils reflètent davantage l'identité canadienne. L'ACD fera son rapport sur le progrès de l'initiative et présentera les résultats du sondage conçu pour recueillir les points de vue du secteur de la danse au Canada.  Pour en apprendre davantage sur cette initiative,  veuillez cliquer ICI.

La danse dans les Praires : État de la situation dans la communauté | jeudi le 19 octobre, 15 h à 17 h
Dans le cadre de cette première séance dirigée, des représentants de tous les centres des Prairies examineront les buts communs et les possibilités d'intérêt mutuel. Il sera question des objectifs futurs de ces groupes et des moyens nécessaires pour les atteindre. L'objet de cette séance est de galvaniser le secteur de la danse dans les Prairies et de produire un énoncé commun qui sera présenté la deuxième journée sur l'état de la situation dans les Prairies.

vendredi le 20 octobre 

Discours programme - Justin Many Fingers | vendredi le 20 octobre, 9 h à 10 h 15
La notice biographique de Justin se trove sous la rubrique Conférenciers et conférencières. 

De l'inclusion à l'équité : sur la voie de la décolonisation de la danse | vendredi le 20 octobre, 10 h 45 à 12 h 45
Animation par Michele Decottignies
Cet exposé interactif présente un aperçu des compétences qui sont nécessaires en matière de diversité pour que le point de vue collectif du secteur de la danse passe de l'inclusion à l'équité – étape essentielle en concrétiser la décolonisation. Malgré de nombreux exemples de succès en faveur de l'inclusion depuis 50 ans, divers intervenants du monde des arts sont toujours exclus de postes d'influence et de pouvoir ;  le travail que nous effectuons collectivement se poursuit en marge du courant principal et est toujours en déficit de ressources, et nos connaissances exhaustives restent sous-estimées. Le problème qu'il nous faut régler maintenant n'est pas celui d'une pénurité de diversité dans les arts ; c'est plutôt celui d'un manque d'équité.  Dans le cadre de cet exposé, nous décrirons dans le détail les compétences nécessaires en matière d'équité pour faire de la diversité une source première d'enrichissement artistique, culturel et économique, et pour pousser le secteur de la danse  à avancer davantage dans le sens de modèles relationnels de la diversité qui donnent lieu à des processus, à des pratiques et à des produits de la décolonisation.  

La danse dans les Prairies : Énoncé des possibilités | vendredi le 20 octobre, 15 h 30 à 17 h
Cette deuxième séance dirigée sera l'occasion d'étudier un énoncé coordonné des besoins à présenter aux bailleurs de fonds privés et publics, ainsi qu'aux intervenants en communauté. Comment pouvons-nous réaliser ensemble les buts formulés et quels mécanismes mettre en place pour concrétiser ces objectifs ? Nous travaillerons ensemble à l'évaluation des étapes à venir et des résultats escomptés par rapport à ces énoncés.

Intégration des pratiques d'excellence | vendredi le 20 octobre, 13 h 45 à 15 h
En 2016, l'ACD convoquait une Table ronde nationale sur le pluralisme dans la danse pour examiner trois grands thèmes ; la langue, les modèles de collaboration et la mise au point de pratiques et de politiques nouvelles.  Tenant compte de ces thèmes et forts de leur participation à l'atelier de Michele sur l'équité, les délégués se diviseront en petits groupes pour discuter de la façon d'intégrer les pratiques d'excellence dans leur milieu de travail. 

samedi le 21 octobre

Tribune des étudiants sur pluralisme  | samedi le 21 octobre, 10 h à 12 h
Animation par Carolyne Clare de l'université Simon-Fraser

Les étudiants pourront discuter de leurs expériences dans le cadre d'une table ronde dirigée par des étudiants, pour des étudiants.  Cette séance sera l'occasion pour vous de rencontrer des collègues de partout au pays et de partager des idées sur la façon dont l'équité et la réconciliation influent sur votre pratique de la danse ou vos travaux de recherche en danse.  Non seulement vous pourrez parler à vos collègues de votre travail, mais nous pourrons aussi rédiger ensemble un document d'intention sur les moyens à mettre en oeuvre pour que le secteur de la danse soit plus équitable pour vous et votre communauté.

Notices biographiques

Justin Many Fingers

Mii-Sum-In-Iskum (Long Time Buffalo Rock) est originaire de la réserve Kainai Blackfoot, du sud de l'Alberta.  Connu sous son nom canadien, Justin Many Fingers est un artiste international qui a étudié dans les arts de la scène.  Il a travaillé avec des artistes d'Australie, de Thaïlande, du Nunavut, du Japon, du Groënland, des États-Unis et du Mexique. Justin est diplômé du Centre for Indigenous Theatre, conservatoire d'art dramatique qui offre un programme de trois ans. Il a aussi étudié à la Soulpepper Actors Academy et a participé à la saison 2012. Many Fingers a suivi des formations dans des styles de danse différents auprès de Jock Soto, de Neil Leremia, de Frances Rings, de Santee Smith, ainsi que de Bill Coleman, de Penny Couchie, d'Alejandro Ronceria et de Troy Emery Twigg. Il a aussi participé aux travaux de la résidence du Banff Centre en danse autochtone, au programme de formation intensive du Toronto Dance Theatre et du Kahawi Dance Theatre, ainsi que du One Yellow Rabbit Lab. Il a travaillé avec les metteurs en scène Laszlo Marton, Alanis King, Albert Schultz, Muriel Miguel, Marion de Vries, Rose Stella et Jessica Carmichael. Parmi les aînés auprès de qui il a appris et avec qui il a collaboré, citons Narcisse Blood, Alvine Mountainhorse, Beverly Hungry Wolf et Raymond Many Bears. Justin a étudié les arts de la scène dans leurs expressions occidentales et autochtones partout au Canada. Il s'occupe présentement du démarrage d'un organisme national et international des arts de la scène autochtones. Cette initiative est le fruit de sa passion pour l'organisation, la programmation, la production, la mise en scène, la chorégraphie et la création.   

Michele Decottignies  

Michele Decottignies travaille à partir de Canmore.  Forte de trente années d'expérence comme professionnelle des arts au Canada, ses oeuvres comme productrice, diffuseure, dramaturge, metteure en scène, conceptrice, éducatrice et défenseure des arts ont été maintes fois primées.

Pendant les quinze premières années de sa carrière artistique, elle a travaillé à plusieurs titres, auprès de compagnies différentes :  Alberta Theatre Projects, Theatre Calgary, One Yellow Rabbit, Lunchbox Theatre, Rob Cuffley Films et White Iron, pour ne nommer que ceux-là. Depuis quinze ans, elle se consacre exclusivement à l'équité et à la diversité dans les arts par l'intermédiaire de sa propre entreprise, Stage Left Productions – collectif d'artistes qui produisent des oeuvres d'art politique éclairées sur le plan culturel, et qui se portent à la défense de l'équité dans les arts. Michele met de l'avant des démarches très accessibles et créatives pour sensibiliser et mobiliser les intervenants en ce qui concerne l'équité dans les arts. Sa pratique est unique en son genre : Michele porte tout autant d'attention aux obstacles auxquels font face les groupes en quête d'équité qu'aux inéquités ancrées dans les trois sphères d'influence personnelle, sociale et structurelle. Elle s'attache plus particulièrement aux sécurités culturelles et émotives, et surmonte les cadres de division habituels du genre “eux contre nous”, et ce dans l'optique de produire tout à la fois une solidarité transculturelle et un impact collectif. Dans le cadre de la pratique du théâtre de l'opprimé (Theatre of the Oppressed), apprécié de par le monde, de Stage Left, Michele a animé plus de 300 ateliers sur l'équité dans les arts au Canada, aux États-Unis et en Australie.

Présentement, elle travaille à l'évolution constante de la Deaf, Disability & Mad Arts Alliance of Canada et à l'animation des services dispensés par le Calgary Congress for Equity & Diversity in the Arts.  Elle a aussi prêté son concours comme experte-conseil auprès de PACT pour ALL IN, initiative nationale d'équité dans les arts, et comme animatrice d'ateliers de base en équité dans les arts destinés aux groupes régionaux.  Elle a en outre présenté à Opera.ca et à Orchestres Canada un cadre adapté au Canada pour l'équité dans les arts.  Elle a agi comme mentor auprès d'artistes indépendants comme Olivia Marie Golosky et Melaina Sheldon, pour les guider dans l'emploi des techniques du théâtre de l'opprimé dans leurs initiatives et processus, inspirés de la commission Vérité et réconciliation, pour une guérison collective et une résistance aux formes de colonialisme qui perdurent. 

Soraya Peerbaye

Soraya Peerbaye compte plus de 20 ans d’expérience en développement de politiques, en gestion de programmes et en représentation politique dans le secteur des arts. Elle œuvre au sein de la danse en y collaborant comme productrice, dramaturge, auteure et conservatrice. Elle fut agente au service de la danse du Toronto Arts Council de 2004 à 2012, après avoir été agente de l’équité au Conseil des arts du Canada, défendant la cause des artistes et des pratiques culturelles des minorités visibles. Elle travaille actuellement avec Brandy Leary, directrice artistique d’Anandam DanceTheatre, comme codirectrice de la conservation et des programmes. Elle a agi comme consultante en développement de la danse pour une foule d’organismes culturels, dont Patrimoine canadien, la Canadian Alliance of Dance Artists et le Cultural Pluralism in the Performing Arts Movement Ontario.Soraya a obtenu un baccalauréat en théâtre de l’Université York et une maîtrise en création littéraire de l’Université de Guelph. Aussi poète, elle a publié Poems for the Advisory Committee on Antarctic Names (Goose Lane Editions, 2009), en nomination pour le prix Gerald Lampert du meilleur premier recueil, et Tell: Poems for a Girlhood (Pedlar Press, 2015), et couronné du Prix Trillium de la poésie.

Ann Kipling Brown

Ann Kipling Brown, Ph.D., est professeure émérite de l’Université de Régina où elle enseigne depuis de nombreuses années au programme d’éducation artistique de la Faculté d’éducation Elle continue d’enseigner, de faire des recherches et de publier sur la pédagogie en danse, l’intégration de la notation chorégraphique dans les programmes en danse, les applications technologiques dans la formation en danse et sur le rôle de la danse dans le vécu des enfants et des adultes.  Dans le cadre de ses activités professionnelles et communautaires, elle a siégé aux comités consultatif et de référence pour l’éducation artistique de la Saskatchewan Education. Elle est aussi très engagée dans la communauté culturelle de la Saskatchewan, Très engagée dans la vie culturelle de la Saskatchewan, elle a aussi siégé à de nombreux comités internationaux et participé à diverses conférences sur l’éducation des arts et de la danse, dont celles du Dance and the Child International (daCi), de la World Dance Alliance (WDA) et de la World Alliance for Arts Education (WAAE). Chercheuse prolifique, très présente dans les réseaux de l’éducation artistique et de l’enseignement de la danse, elle a contribué à divers symposiums et conférences à l’échelle provinciale, nationale et internationale.

Karen Ball 

Karen Ball est reconnue à l'échelle nationale comme pilier de la vie communautaire et oeuvre dans le monde caritatif et culturel canadien depuis plus de vingt ans. Chef de file éclairé, elle a collaboré étroitement à des travaux de planification de premier plan en Alberta, et notamment dans le cadre du plan culturel de la municipalité de Calgary. Elle a travaillé auprès du Conseil du premier ministre pour la culture à promouvoir la prospérité culturelle en Alberta c'est dans cette province qu'elle exerce son activité d'experte-conseil principale. Karen Ball a construit, d'un bout à l'autre du Canada, des communautés et des réseaux novateurs pour soutenir la santé des organismes sans but lucratif, le développement des immobilisations et l'appropriation des espaces publics par les groupes communautaires. Elle continue de fournir des services de conseil aux organismes qui veulent resserrer leurs liens avec leurs réseaux de communautés et d'intervenants. Pour en apprendre davantage sur Karen, veuillez cliquer ici. 

Beverly Hungry Wolf 

Beverly Hungry Wolf, auteure, éducatrice et militante, est, depuis longtemps, une véritable source d'inspiration pour son peuple, les Pieds-Noirs.  Beverly a grandi dans la réserve des Gens-du-Sang auprès de ses parents et de ses grands-parents, qui ont su susciter chez elle un vif intérêt pour la culture des Pieds-Noirs.   La passion que porte Sik-ski-aki pour sa culture et sa langue en a fait un chef spirituel et une éducatrice de renommée mondiale. Elle est impliquée directement dans les pratiques culturelles et cérémoniales des Gens-du-Sang depuis quarante ans, et a beaucoup publié sur les coutumes et traditions de son peuple.  Elle fait appel à sa propre formation, traditionnelle et moderne, dans de nombreuses activités, notamment pour la scolarisation à la maison de ses quatre enfants, et auprès d'universités et d'établissements d'enseignement au Canada, aux États-Unis et à l'étranger.


Canadian Dance Assembly
55 Mill Street, Suite 312
Case Goods Building #74
Toronto, ON M5A 3C4
Canada
Tel: 1.416.515.8444
Fax: 1.416.515.9444