CDA | ACD

Historique et vue d’ensemble

Historique

La danse a pendant longtemps été la seule discipline artistique au Canada sans organisme de services nationaux dans le domaine des arts au mandat étendu, une situation qui conduisit à de nombreux défis dûs à un manque de représentation, de comunication et de coordination à l'échelle nationale. L'Assemblée canadienne de la danse fut créée pour répondre à ces besoins, exacerbés depuis la disparition de l'Association canadienne des organismes professionnels de la danse (ACOPD) et de l'Association Danse au Canada (ADAC).

La collectivité canadienne de la danse s’est vue déchirée pendant des années par des dissensions internes et d’anciennes controverses. L’Association danse au Canada (ADAC), autrefois porte-parole puissant de la danse n’est plus. L’Association canadienne des organisations professionnelles de la danse (ACOPD) qui s’est détachée de l’ADAC à la fin des années 70, elle-même puissant porte-parole de la danse, vit son influence baisser à la fin des années 90 au point de devenir elle aussi superflue.

Un nouveau début reconnaît le passé, notre histoire en somme. Il est important d’aller de l’avant sans l’ignorer.

La conférence intitulée La danse se fraie un chemin au Canada et tenue à Toronto en mai 2001 pour mettre en vedette la collectivité de la danse canadienne, a été la première qu’ait organisée l’ACOPD depuis de longues années. Les déléguées et délégués présents se sont entendus pour reconnaître les besoins de la danse, soit : la représentation, la sensibilisation et la communication; la nécessité de programmes de perfectionnement professionnel, et le besoin de recueillir des renseignements qualitatifs, quantitatifs et statistiques, pour bien nous faire comprendre.

Il y eut réunion d’un nouveau conseil d’administration de l’ACOPD, dont le mandat, arrêté par les délégués était d’atteindre différents objectifs, au nom de la collectivité de la danse. Le groupe se concentra surtout sur :

l’élaboration d’un énoncé des besoins en vue de la mise en place d’un mécanisme national puissant approprié à la danse canadienne; la définition des paramètres de ce(s) mécanisme(s) avec la possibilité d’en faire un organisme de services nationaux dans le domaine des arts ou une fédération d’organismes de services régionaux dans le domaine des arts, une association mutuelle ou un autre organisme.

Au mois de décembre 2001, le Conseil d’administration de l’ACOPD, à l’unanimité, proposa la motion suivante, à savoir : « que l’ACOPD continuerait à fonctionner jusqu’à ce qu’un nouvel organisme national puisse satisfaire aux besoins de la collectivité de la danse. »

Cette décision fut prise en toute connaissance de la nécessité de créer un nouvel organisme véritablement à l’échelle nationale. Nous venions d’atteindre un moment décisif, un point tournant qui permit à l'Assemblée canadienne de la danse de voir le jour et aux idées débattues lors de la conférence intitulée La danse se fraie un chemin au Canada, tenue en mai 2001 et depuis, d'être remises en question.

Le lancement de l'Assemblée canadienne de la danse (ACD) eut lieu le 9 avril 2002. Au cours des six mois qui suivirent, plus de 50 organismes et particuliers s'étaient joints à l'ACD, créant six conseils permanents : celui des compagnies de ballet, des companies de danse, des diffuseuses et des diffuseurs en danse, de soutien logistique, des artistes indépendants en danse et celui des consultants et pigistes en danse.

Le premier Conseil national représentatif de l'Assemblée fut créé en octobre 2002 par un processus de mises en candidature, d'élections et de nominations, pour remplacer le Conseil national fondateur.

Le premier Conseil national de l'Assemblée canadienne de la danse tint sa réunion initiale les 30 novembre et 1er décembre 2002 à Toronto, Ontario. Au cours de cette réunion, il fut, d'une part, décidé de continuer à bâtir l'organisme qui avait redonné à la collectivité l'espoir d'un avenir meilleur et, d'autre part, d'entreprendre l'élaboration d'un plan plus réaliste en vue de réaliser le potentiel du mandat de l'ACD.

Au mois d'avril 2003, l'ACD s'installa dans ses bureaux permanents dans le complexe historique du quartier de la distillerie, à Toronto, où elle fera partie d'une collectivité locale artistique à la fois variée et dynamique et où elle pourra se concentrer sur la collectivité nationale de la danse. Le secrétariat l'aidera à poursuivre ses objectifs.

Canadian Dance Assembly
55 Mill Street, Suite 312
Case Goods Building #74
Toronto, ON M5A 3C4
Canada
Tel: 1.416.515.8444
Fax: 1.416.515.9444